Updated 03/07/22

Janvier 2022 – juin 2025

Ghana, Thaïlande, Egypte, Benin, Sénégal, Inde, Viêt Nam, Kenya

Contexte

La pollution atmosphérique est un problème environnemental et sanitaire mondial. Bien qu'elle soit devenue une préoccupation majeure dans les grandes villes du Sud, peu d'entre elles parviennent à lutter efficacement contre cette pollution. Ce projet de recherche pluridisciplinaire propose de mieux comprendre ce qui cause un tel frein en analysant les perceptions de ce problème de santé publique, les orientations de l'action publique et les obstacles à sa mise en œuvre dans cinq villes africaines et cinq villes asiatiques.

Selon l'OMS (2016), la pollution atmosphérique intervient directement dans 4,2 millions de décès dans le monde chaque année. Les citadins des pays du Sud supportent la majeure partie de cette charge : les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFM) représentent 90 % de la mortalité associée à la pollution de l'air ambiant. Ces dernières années, l'écart entre les pays à haut revenu et les PRFM s'est creusé en ce qui concerne la gestion des problèmes de pollution atmosphérique. Dans les pays du Nord, où la pollution atmosphérique est à l'ordre du jour depuis les années 1960, des améliorations majeures ont été apportées au cours des trois dernières décennies. L'amélioration des connaissances scientifiques, une meilleure surveillance des émissions, des investissements dans les infrastructures et des normes et standards réglementaires plus stricts ont conduit à une diminution substantielle de la pollution atmosphérique par rapport aux années 1970.

97 % des villes de plus de 100 000 habitants des PRFM ne respectent pas les directives de l'OMS en matière de qualité de l'air. Cette situation résulte de la conjonction d'une croissance démographique rapide, du développement économique et d'une mauvaise gestion du phénomène d'urbanisation. Mais malgré les alertes lancées par les scientifiques et les organisations internationales comme l'OMS ou la PNUE, les politiques publiques visant à améliorer la qualité de l'air urbain restent peu développées ou inefficaces dans une majorité de villes du Sud.

Nairobi, Kenya

© GlobalSmog

Objectifs

L'objectif principal de GlobalSmog est d'identifier et d'expliquer les processus techniques, sociaux et politiques qui influencent négativement ou positivement la gestion de la pollution de l'air dans les villes du Sud et, grâce à cette étude, d'améliorer les connaissances théoriques et pratiques sur les processus de politiques publiques urbaines et multi-niveaux dans le Sud. 

En utilisant les outils de la sociologie des sciences, de la géographie urbaine, de l'anthropologie politique et de la sociologie de l'élaboration des politiques, les chercheurs et chercheuses impliqués dans ce projet exploreront la construction sociale de la pollution de l'air ambiant en tant que problème à la fois mondial et local, ainsi que la manière dont celle-ci est intégrée dans les représentations socio-techniques de la santé, de l'environnement et de l'économie.

  • Mieux comprendre le rôle de la coopération internationale et des processus de mondialisation dans la définition des problèmes de pollution atmosphérique et la circulation des connaissances
  • Mieux comprendre l'interaction entre les connaissances scientifiques et les décisions politiques dans le contexte du Sud Global
  • Expliquer et analyser les processus sociaux locaux de définition des problèmes et d'ordre des priorités de la pollution de l'air ambiant dans les villes des PRFM
  • Analyser l'élaboration de politiques intersectorielles dans le contexte des grandes villes des PRFM
  • Formuler des recommandations politiques afin d'améliorer l'élaboration et la mise en œuvre des politiques dans les villes du Sud

Nairobi, Kenya

© IRD - Bérénice Bon

Partenaires

Coordination scientifique

Financement

Agence Nationale de la Recherche (ANR)

 

 

Site web du projet GlobalSmog: https://www.globalsmog.org