Resumen

Updated 08/06/20

Principaux projets de recherche

Projets de recherche en santé

card discover

© IRD

Recherches en laboratoire sur le Paludisme : analyse de la lame. Laboraotoire de l'ISBA (Institut des Sciences Biomédicales Appliquées), à Cotonou.

  • DeWorm3, 2017-2022
    DeWorm3, 2017-2022
    Le projet DeWorm3, financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, vise à démontrer la faisabilité d'arrêter la transmission des trois géohelminthes principales (Ascaris, Ankylostoma, Trichuris) en utilisant une stratégie de traitement de masse des populations entières au lieu de l'approche actuelle qui consiste à contrôler la morbidité en traitant uniquement les enfants d'âge scolaire. Le projet DeWorm3 au Bénin a débuté officiellement en août 2017 et se déroulera sur 6 ans jusqu’en 2022. Dans le cadre de ce projet, d’une envergure importante, une collaboration étroite est établie entre la commune de Comé, les équipes de recherche de l’IRD (MERIT UMR 216), de l’IRCB, du CLIP et l’équipe du Programme National de Lutte contre les Maladies Transmissibles (PNLMT) du Ministère de la Santé, dont le Coordonnateur est le Dr Wilfrid Batcho.
    • TOPIC, 2017-2021

      Plateformes technologiques pour la démocratie et l’amélioration des systèmes de santé (TOPIC)
      Le projet TOPIC au Bénin, Burkina Faso et en République Démocratique du Congo (RDC) (D003027/P01475), est issu de l’appel à proposition « Plateformes Technologiques visant à renforcer la responsabilisation dans le secteur public et l’engagement des citoyens » lancé par Affaires Mondiales Canada (AMC) en 2015. Le projet vise à déployer des plateformes technologiques et à renforcer les capacités des partenaires durant 4 ans (2017-2021) pour améliorer l’engagement des citoyens et rendre les systèmes de santé plus réactifs à leurs besoins. Il implique des chercheurs de l’UMI Résiliences, de l’UMR CEPED et du CERHUD, ONG béninoise. Au Bénin, départements Littoral (Cotonou) et Atacora (Natitingou) sont impliqués dans le projet.

    • Introtox, 2018-2022

      Evaluation des nouveaux insecticides destinés à la lutte contre les vecteurs (Réseau ABC, Centre collaborateur de l’OMS). L’UMR Inserm 1094 Neuroépidémiologie Tropicale (Université de Limoges) a lancé fin 2017 son projet ANR « IntroTox » avec la thèse d’Azra Hamidović (dirigée par Pr. Marie-Laure Dardé et Dr. Aurélien Mercier) qui a été en Mission de Longue Durée (MLD) au Bénin du 1er mai au 31 octobre 2018.

      Ce projet de 4 ans a pour objectif principal d’explorer les voies d’introgression de souches de Toxoplasma gondii entre la France et l’Afrique de l’Ouest et Centrale au travers des exemples du Sénégal, du Bénin, du Gabon et de la Côte d’Ivoire.

      L’étude de la toxoplasmose animale au Bénin continuera en 2019, avec la codirection (entre l’UMR 1094 et l’URIB) d’un nouveau doctorant, Jonas Etougbetche, qui se focalisera principalement sur la virulence des souches du toxoplasme chez les rongeurs invasifs et autochtones au Bénin, mais également sur l’isolement de souches du parasite à partir de la faune sauvage.

    • NeuroCM, 2018-2020

      Identification des facteurs parasitaires et de l’hôte à l’origine de la neuroinflammation et sa résolution lors du neuropaludisme (NeuroCM)

      NeuroCM est un consortium de trois équipes (UMR152 - Pharmadev, UMR S1094 – NET et UMR216 - MERIT) de recherches transdisciplinaires regroupant des immunologistes, parasitologues, épidémiologistes, cliniciens et pharmaciens.

    Environnement et ressources naturelles

      card discover

      © IRD

      Installation d'une fosse de suivi de l'humidité des sols à Bira au Bénin

      • SoCa, 2017-2020

        Le carbone des sols au service de l’agriculture familiale (SoCa)

        Le projet SoCa, porté par l’UMR Eco&Sols (coordination L. Lardy, UMR Eco&Sols), financé par la fondation BNP Paribas (2017-2021) est réalisé en partenariat avec le Laboratoire d’Eco-Pédologie, Faculté des Sciences Agronomiques, Université Abomey Calavi ; Professeur G. Amadji et le Centre de Recherches Agricoles Plantes Pérennes de l'Institut National des Recherches Agricoles du Bénin INRAB/ CRAPP-Pobè ; Dr H. Aholoukpè. Il permet d’amplifier les activités de la JEAI SERVIPALM sur la question de la séquestration du carbone dans les agrosystèmes, et d’identifier les pratiques culturales à même de répondre aux objectifs conjoints de sécurité alimentaire et de lutte contre les changements climatiques. Le développement des activités du projet SoCa au Bénin repose sur le co-encadrement d’étudiants et l’accueil de ces étudiants sur les plateformes de l’UMR au Sénégal (LMI IESOL) ou à Montpellier.

      • SEPDD, 2012-2020

        Sud Expert Plantes Développement Durable (SEPDD)
        Le programme SEPDD, coordonné par l’IRD et cofinancé par l’AFD, le FFEM, le MEAE, l’IRD et le MNHN, se veut la continuation du FSP SEP (Sud Expert Plantes) qui s’est terminé en 2012. Prévu pour durer 5 ans, il se terminera au dernier trimestre de 2020. Tourné vers la conservation et la valorisation durable de la biodiversité, il comporte quatre thématiques (forêts/mines ; pharmacopée, cosmétique et agrobiodiversité ; recherche et collections ; formation et sensibilisation) et quatre volets : 

        • Un appui à la recherche par les équipes du Sud sur les thématiques du programme, qui s’est traduit par une phase d’appels à projets (projets en partenariat avec le secteur privé, de recherche académique et de collections/jardins botaniques) : 30 projets sont financés (sur 414 dossiers reçus) et ont pu démarrer leurs activités ;
        • La recherche de partenariats pour développer l’économie verte issue de la gestion durable de la biodiversité végétale ;
        • L’accompagnement des politiques publiques nationales, régionales et internationales vise à favoriser la participation des scientifiques à la rédaction et la promotion de recommandations et de plaidoyers sur les bonnes pratiques de la gestion de la biodiversité, aux niveaux national comme international (CNUCC, CDB, IPBES…) ;
        • Le regroupement en un ensemble labellisé et rendu disponible à tous par internet, de modules d’enseignement professionnels, complémentaires des formations existantes, construits tout au long du projet. Un accent particulier sera mis sur les cadres moyens et les autodidactes de la biodiversité.

        Au Bénin, deux projets de recherche financés par SEP2D sont en cours. Le premier s’intéresse à la gestion durable des ressources génétiques du palmier Borassus aethiopum en Afrique de l’Ouest : phylogéographie, diversité génétique et gap de conservation. Des échantillons ont été collectés dans différentes parties de territoire et analysés pour leur diversité génétique. Le second s’intitule « Stratégie Intégrée de Reconstitution des peuplements naturels de Pterocarpus erinaceus Poir en Afrique de l’Ouest ».

      Valorisation et expertise

      card discover

      © IRD

      Enquêteurs et chercheurs visitant un domicile pour prévenir le paludisme associé à la grossesse.

      • RAEE : réseau ouest-africain d’anthropologie des épidémies émergentes

        Ce réseau de chercheurs en sciences sociales réunit plus de 120 chercheurs travaillant dans 11 pays d’Afrique de l’ouest. Il est né fin 2014 en pleine épidémie de MVE. Initialement intitulé Réseau SHS Ebola, il a changé d’intitulé en janvier 2016. Il réunit des chercheurs en sciences sociales et des professionnels de la santé. Son objectif est le partage d’information, la mutualisation et l’harmonisation d’outils méthodologiques et des perspectives d’analyses théoriques comparées des dimensions sociopolitiques des épidémies, un partage d’expériences de terrain, l’élaboration de programmes de recherches communs ou comparatifs, une mutualisation des recherches bibliographiques et la coordination de la publication des résultats.

         

        Le réseau est coordonné par Bernard Taverne (IRD, UMI 233 TransVIHMI). Le Réseau est dirigé par un comité de coordination composé de représentants des pays et institutions à l’initiative du Réseau (Sénégal, Guinée, Bénin, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger) qui se réunit régulièrement. Ses axes de recherche et d’échanges sont spécifiques aux contextes épidémiques dans les pays ouest-africains.

         

        Site internet RAEE

      • RIPOST : Formation en Surveillance et Riposte aux épidémies

        Ce programme est coordonné, à la demande de la CEDEAO, par l’Organisation Ouest-Africaine de Santé (OOAS) et l’Agence de Médecine Préventive (AMP). Il repose sur l’expertise d’un consortium qui associe IANPHI, ISPED, IRD, Santé Publique France et SOLTHIS. L’objectif de ce programme est de renforcer les capacités techniques et managériales des professionnels des institutions de santé publique des six pays partenaires du projet (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Niger, Togo) en veille et surveillance épidémiologiques, « Surveillance à base communautaire », Aide à la décision et à la riposte, approche anthropologique des évènements en lien avec la riposte. Cette formation se déroule tous les ans à l’Institut Régional de Santé publique de Ouidah au Bénin et doit accueillir 50 apprenants par an durant 5 ans (2017-2021).