Updated 08/06/20

Le renforcement des capacités de recherche des communautés scientifiques du Sud est une des missions premières de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Elle vise à favoriser l’acquisition de compétences par les chercheurs, équipes de recherches et administrateurs des institutions partenaires. 

card discover

© IRD, Olivier Barrière

Un panneau solaire permettant de produire de l'électricité à Taluwen-Twenké, Guyane

  • Master énergie

    Le secteur de l’énergie fait face à une hausse régulière de la consommation énergétique mondiale et est confronté à des enjeux liés à l’intégration des énergies renouvelables et à l’amélioration des rendements énergétiques (transition énergétique). Le master énergie a pour objectif de former des étudiants à relever les défis relatifs à la modification structurelle profonde des modes de production et de consommation de l’énergie (lois relatives à la transition énergétique, à l’autoconsommation d’électricité, obligation d’autonomie énergétique de la Guyane à l’horizon 2030…)

    Les cours sont assurés par L. Linguet (professeur des universités, UG) et Christophe Charron (ingénieur d’études, IRD) en salle de formation de l’antenne IRD de Cayenne.

  • Thèse : essai d'intégration du risque et de la flexibilité dans l'évaluation des projets d'investissements énergétiques durables en Guyane.

    Par Wilna Lesperance.

    Domaine scientifique principal : sciences économiques
    Début de thèse : octobre 2017
    Directeur de thèse : Jules Sadefo Kamdem
    Co-directeur de thèse : Laurent Linguet

    Résumé

    La loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 (LTECV) a conduit à l'élaboration d'une programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) faisant état des potentialités, des enjeux et des difficultés associées à la mise en œuvre de la politique énergétique en Guyane. La loi réaffirme ainsi les objectifs d’autonomie énergétique à l’horizon 2030 et d’intégration de 50% d’énergies renouvelables dans le bilan d’énergie finale en 2020.

    L'atteinte de ces objectifs implique la mise en place de nouveaux projets d’investissements qui valorisent les ressources locales que sont la biomasse, l'hydraulique et le photovoltaïque. L'inconvénient est que deux des filières privilégiées sont plus ou moins intermittentes (100% pour le photovoltaïque et partiellement pour l'hydraulique). Le caractère aléatoire de la ressource solaire et la variabilité de l'hydraulicité (saison sèche/saison des pluies) peuvent avoir un impact conséquent sur la production et donc sur l'équilibre offre-demande en électricité.  Aussi, ces impacts nuisent fortement à la stabilité du réseau pour lequel le seuil de déconnexion des énergies intermittentes est fixé à 30%.

    Ce travail de thèse a pour objectif principal de développer un modèle financier innovant pour l'évaluation des PEER. L'élaboration de cette nouvelle approche permettra de définir un mix énergétique optimal au regard de paramètres tels que la saisonnalité. La méthodologie appliquée devra prendre en compte les spécificités du territoire guyanais qui est une zone non interconnectée aux pays voisins et dont les communes dites "de l'intérieur" ne pas sont raccordées au réseau électrique principal.

  • Thèse : développement d’un outil de prédiction de la production d’une centrale solaire photovoltaïque

    Par Jérémy Macaire.

    Domaines : sciences pour l’ingénieur, génie électrique
    Début : novembre 2019
    Directeur : Laurent Linguet
    Co-directrice : Sara Zermani

    Résumé

    Parmi les ressources énergétiques naturelles disponibles, l'énergie solaire semble être l'une des solutions la plus prometteuse, notamment en Guyane qui bénéficie d'un ensoleillement relativement intéressant et suffisant pour offrir des opportunités de développement aux systèmes de production d'énergie photovoltaïque.

    Cependant, une contrainte limite le recours à l'énergie photovoltaïque. Le caractère aléatoire et intermittent de la ressource solaire crée des risques d’instabilité du réseau électrique et a conduit le gestionnaire de ce réseau électrique non-interconnecté à limiter le recours aux sources solaires et éoliennes à 35% de la puissance maximale injectée sur le réseau. Ainsi, bien que la ressource solaire existe en abondance, elle ne peut être exploitée pleinement.

    Aujourd’hui, les réseaux électriques doivent faire face à des avancées technologiques qui se caractérisent par le déploiement d’installations devenant ponctuellement et de façon intermittente productrices ainsi que par la multiplication des sources de production. Face à cette mutation, le réseau de distribution électrique doit s’adapter et chercher à développer des services nouveaux.

    L’enjeu est de rendre le « réseau électrique intelligent » pour qu’il puisse assurer une fourniture optimale. L'objectif du présent projet de thèse vise à réaliser un dispositif de prédiction de l’énergie photovoltaïque en Guyane afin de favoriser la gestion intelligente et le taux de pénétration de l’énergie photovoltaïque dans le réseau électrique guyanais.