Dr. Jacqueline Uku, Présidente de la WIOMSA, l’exprime volontiers : « L'IRD est un bon ami depuis très longtemps. » L'Association des sciences marines de l'océan Indien occidental (WIOMSA) entretient en effet des liens solides avec l'IRD dans la région et apporte un large soutien aux chercheurs en sciences marines.

Logo.

© WIOMSA

Avec plus de 1000 membres individuels et 50 membres institutionnels, l'association basée à Zanzibar exerce un rôle important de coordination et de construction de réseau dans toutes les dimensions des sciences côtières et marines. « Nous visons à rassembler les scientifiques de différents pays, à promouvoir la pluridisciplinarité et à faciliter la mise en œuvre de projets ambitieux en sciences de la mer, » déclare Dr Uku. Pas moins de 10 pays sont membres de l'association.

card discover

© IRD - Pascale Chabanet

Echantillonage d'un récif corallien à Mayotte.

Les chercheurs de l'IRD travaillant dans l'océan Indien collaborent étroitement avec la WIOMSA, d'abord à travers des projets financés par les bourses de recherche de l'association, comme le projet MOZALINK?Linking marine science, traditional knowledge and cultural perceptions of the sea in the Mozambique Channel mené de 2013 à 2016. La WIOMSA a également participé au nouveau projet régional DiDEM?Dialogue science-Décideurs pour une gestion intégrée des Environnements littoraux et Marins (DiDEM) de sa conception à sa mise en œuvre actuelle. Les scientifiques de l'IRD trouvent en WIOMSA un excellent outil pour construire et développer un réseau scientifique et pour coordonner des projets multidisciplinaires régionaux. « Les scientifiques de l'IRD participent à certains organes clés de la gouvernance de l'association, en tant que membres du conseil d'administration et de deux comités de programmes de subventions », explique Dr Julius Francis, secrétaire exécutif pendant 18 ans et acteur essentiel du développement de l’association depuis sa création en 1993.

Participants IRD au symposium WIOMSA de juillet 2019.

© IRD

De plus, des dizaines d'entre eux se rendent au symposium organisé tous les deux ans. L'IRD et la WIOMSA participent également conjointement à des événements tels que la conférence sur l'économie bleue durable, au Kenya, en novembre 2018, où ils ont soutenu l'événement parallèle du Kenya Marine and Fisheries Research Institute sur l'exploitation du potentiel de l'économie bleue par la recherche et l'innovation. Lors de la conférence des Nations Unies sur l'océan en 2017, ils ont présenté un engagement volontaire commun (« Increasing the awareness of children for the sustainable use of coral reefs and their resources in the SW Indian Ocean »).

Dr Pascale Chabanet, directrice de l'IRD à La Réunion, salue la relation privilégiée qu'entretient l'IRD avec WIOMSA: « Les deux organisations ont un objectif commun: œuvrer ensemble pour la conservation et l’exploitation durable les écosystèmes marins et côtiers du sud-ouest de l’océan Indien et assurer leur utilisation durable. Nos 5 bureaux de représentation dans la région et nos scientifiques travaillent en étroite collaboration avec la WIOMSA pour atteindre cet objectif. »

 

Visibilité et sensibilisation

Miniatura

« L'un de nos objectifs est de toucher différents publics, d'améliorer la visibilité de la science et de montrer son impact sur les populations et sur l'environnement », indique Dr Jacqueline Uku. L'IRD et la WIOMSA coproduisent régulièrement des films et des documentaires pour présenter leur travail et son impact sur les gens. Le plus récent est consacré aux ressources et aux populations côtières du canal du Mozambique. Le projet MARECO, porté par l'IRD avec de nombreux partenaires dont la WIOMSA, est un autre exemple de la priorité donnée à la sensibilisation du grand public. MARECO est un kit conçu pour développer les connaissances des enfants sur l’utilisation durable des récifs coralliens de l’océan Indien et les menaces auxquelles ils sont confrontés.

 

Pascale Chabanet souligne l’importance que la WIOMSA a pour elle : « La WIOMSA m’a permis de renforcer les liens avec des collègues de différents pays de la région. J’ai monté des projets et co-encadré des étudiants en thèse avec des chercheurs de la région grâce aux financements WIOMSA, puis je me suis investie dans la gouvernance de l’association en tant qu’élue du conseil d’administration entre 2009 et 2017. Je fais partie aussi du réseau des femmes en sciences marines. C’est donc une association qui a accompagné toute ma carrière de scientifique dans océan Indien en total accord avec ma volonté de travailler avec les pays du Sud et de renforcer la place de la femme dans notre société. »